Opinion s’en bat probablement les co*uilles de votre avis

Suffit-il d’une super collection de disques pour monter un super groupe? C’était un peu la thèse de High Fidelity (dont j’avoue avoir avalé le remake télé comme un gros chamallow) quand deux ados skaters pénétraient dans la boutique de disques de John Cusack pour voler des disques (« vous allez pogoter sur Serge Gainsbourg et Sakamoto les gars? »). Une idée qui s’est clairement cassé la gueule après l’an 2000 (sortie du film, ET OUI JE SAIS C’EST UN LIVRE DE NICK HORNBY A LA BASE LES BOOMERS) quand toute l’histoire de la musique s’est retrouvée accessible en ligne gratuitement (en même temps que des tutos pour apprendre à skater). Les groupes sont-ils devenus meilleurs? Pas nécessairement. Plus cultivés et référencés c’est certain.

20 ans plus tard, à l’écoute de Molly, disque du projet Opinion mené par Hugo Carmouze (18 ans au compteur), j’ai envie de tout sauf d’une chose: être le grincheux Cusack de High Fidelity. D’abord parce que son album compte un paquet d’idées fraîches, lumineuses et ludiques. Et ensuite parce que s’ils partent dans tous les sens (psyché, garage, grunge, shoegaze), ces 22 titres (on dirait une mixtape de Lil B) respirent la liberté créative loin du prix Ricard, des stories Instagram et des « salut l’ékip, merci pour toute cette force que vous me donnez ».

The Reason Why (I Will Never Be The One) et son brogaze véner, Pastel qui fait passer Nathan Roche pour un pré-retraité, My Face et ses allures d’enfant bâtard de Jay Reatard et des Pixies ou la bedroom pop de Northern School sont quelques uns des arguments d’une collection de morceaux sans temps mort et (surtout) sans déchets.

Que cet album soit une rareté chinée dans un vide grenier et rééditée pour 45 euros par un label californien ou une nouveauté sortie par un gamin du Sud Ouest avec de l’or entre les doigts n’a finalement pas d’importance. Le disque d’Opinion est une putain de révélation et c’est ça qui compte.

Comme d’habitude, je lui ai demandé de m’envoyer quelques uns de ses coups de coeur récents.

MUSIQUE:

Pharoah Sanders – Colors

J’ai découvert par hasard l’album Karma à l’été 2019. C’est un album qui m’a clairement « choqué » à l’époque et qui me fait toujours autant rêver à ce jour. Karma est un album mélangeant calme et violence avec toujours son âme atmosphériquement unique. Et ce qui me rend vraiment accro, c’est surtout la spiritualité que dégage l’oeuvre.

 

The Microphones – The Moon

Microphones fait également partie de mes découvertes de 2019. L’album « The Glow Pt. 2 » est vraiment pas mal. Ce que j’aime avec les albums de Microphones c’est ce côté très « fait maison » des albums. Les productions sont lo-fi mais restent « douces » à l’oreille. Par exemple, cette chanson pourrait être très brutale. Mais la batterie sonne comme la pluie. Le synthé et les guitares ne font qu’un et deviennent le brouillard et la voix joue le rôle de l’ombre dans la brume. Et d’ailleurs, les albums de Microphones me donnent toujours envie de me perdre en forêt (j’imagine que c’est le but).

 

Big Blood – Graceless Lady

J’ai découvert en 2017 Big Blood grâce à Marie (une amie). On parlait de délire « Avant-Folk » (un therme que je ne connaissais pas du tout mais qui attirait mon attention). Marie m’a d’ailleurs fait découvrir pas mal de groupes qui font maintenant partie de mes préférés. Cette chanson m’a aussi profondément marqué. Je me rappelle avoir versé quelques larmes à la première écoute. Graceless Lady est dans mon top 3 des plus belles chansons que j’ai pu entendre dans ma vie.

 

Soft Machine – As Long As He Lies Perfectly Still

Soft Machine doit faire partie de mes premiers groupes préféré dans le genre « Jazz rock bizarre de mon enfance ». Je me rappelle avoir énormément regarder des vidéos de leurs live dans les années 60′ quand j’étais en 6° (ou peut-être avant). Ça groove grave.

 

Clarence Ashley – The House Carpenter

C’est la version de Clarence Ashley que j’ai découvert dans la magnifique compilation Anthology of American Folk Music. C’est une compilation qui rassemble énormément de chansons folk / blues datant d’entre 1926 et 1933. C’est une superbe collection d’archives. The House Carpenter est vraiment spéciale. Elle a une âme très particulière et j’adore. Elle sonne tellement simple mais tellement torturée en même temps. Enfin je ne sais pas. Elle est mystérieuse.

 

Hanatarash – God Noise God

Et maintenant un peu de bruit. Hanatarash fut mon introduction au monde du « Harsh Noise » et du « Danger Music ». Bien que maintenant je trouve God-Noise-God très pop comparé à d’autres classique du Harsh Noise et de par l’impression de « mélodie ». Quand j’ai entendu ça pour la première fois vers 2016, ça me faisait peur haha. Maintenant je trouve ce genre de musique vraiment relaxant.

 

Duster – Echo, Bravo

Alala. Cette chanson c’était l’hymne de ma première et terminale. Quand j’ai découvert l’album Stratosphere en début 2019, je l’écoutais en boucle. Mais étrangement, c’est surtout la chanson « Echo, Bravo » que j’associe le plus à mes journées à la fois ennuyeuses et trop cool au lycée de Condom. Stratosphere fait aussi partie des albums que j’écoutais pour m’endormir à l’internat. Je trouve la production de cet album « lo-fiement » réconfortante.

 

Morgan Buckley – Call Incoming

Shout Out To All The Weirdos In Rathmines fait partie des premiers trucs qu’Alexis (de Wet DyeDream & Pretty Inside) m’a fait découvrir (juste avant ou après Elliott Smith). J’aime trop cet EP, c’est tout. Et j’ai pas grand chose à dire. Juste écoutez. Ça groove grave (2).

 

Nirvana – Moist Vagina

Énormément sous estimée comme d’autres démos de Nirvana. Moist Vagina a un titre qui pourrait faire sourire certain. Mais cette chanson reste une des compos les plus puissantes du groupe. Cette version de M.V. est disponible dans le coffret With the Lights Out qui contient pas mal de demos ou d’enregistrement live. Petit PS: C’est grâce à ce coffret que j’ai trouvé le nom d’Opinion pour mon projet.

 

Vangas – I Have Three Faces and I Hang With Dogs

Ce sont des potes d’Atlanta. J’adore ces mecs et leurs musique encore plus. Le batteur Simon Wright a fait le magnifique clip pour ma chanson You Are Still In My Mind et le bassiste Cole Smith a crée la pochette pour l’album Molly ! Ils sont tous méga talentueux dans ce groupe ! C’est un vrai honneur d’avoir un peu de leurs univers dans Molly.

 

Public Image Limited – Theme

C’est encore grâce à Marie que je connais PiL ! Elle m’avait conseillée vers 2018 d’écouter leurs 3 premiers albums (et presque en même temps Can, un autre super groupe). C’était ma période où je voulais découvrir des albums de jam et d’improvisation qui semblent sans fin. La pochette du premier album attirait ma curiosité. Enfin je sais pas trop comment le dire mais j’aimais beaucoup les couleurs et je trouve que John a la classe dessus. La photo dégage vraiment un truc unique. Je pense que ça n’a rien à voir mais la pochette me faisait penser à celle de Lie de Charles Manson (qui est également un super album).

 

Harold Budd – Madrigals Of The Rose Angel : Rosetti Noise / The Crystal Garden And A Coda

J’ai découvert cet album totalement par hasard tout récemment. Pour l’instant, je l’écoute souvent la nuit. J’aime regarder les étoiles tout en appréciant la fraicheur de la solitude.D’ailleurs, cet album me fait beaucoup penser à Hugo (un ami très proche du lycée). On écoutait souvent ensemble de la musique. Surtout du Eberhard Weber ! On adore vraiment ce genre de musique. Mais bref. Je voulais terminer la playlist paisiblement. J’espère que ça vous a plu !

 

FILMS:

The Texas Chain Saw Massacre – Tobe Hooper (1974)

J’adore les films des années 60′ ou 70′. Même ce film (qui n’est pas non plus vraiment terrifiant). J’aime trop le grain visuel des vieux films et l’atmosphère qui s’en dégage.  En plus de ça, ce Massacre à la tronçonneuse de 1974 est un des premiers films d’horreur que j’ai vu petit. Ca m’a donc forcément marqué d’une certaine façon.

 

Eternal Sunshine of the Spotless Mind – Michel Gondry (2004)

Juste un truc à dire : Je ne m’y attendais pas du tout. (<3)

 

The Lighthouse – Robert Eggers (2019)

Je ne m’y attendais pas du tout non plus. Un classique moderne ?

 

The Poughkeepsie Tapes – John Erick Dowdle (2007)

Je ne m’attendais vraiment pas à aimer le truc. Et finalement je suis rentré dedans. À la fin j’étais un peu traumatisé. Franchement pas mal du tout.

 

Et puis d’autres classiques que j’adore comme A Clockwork Orange (1971) et The Shining (1980) de Stanley Kubrick, Scarface (1983) de Brian De Palma ou bien American Psycho (2000) de Mary Harron.

 

JEUX VIDEOS:

NUN MASSACRE

Très récemment j’ai découvert les jeux de Puppet Combo. Il fait des jeux d’horreur avec une esthétique retro. L’ambiance dans ses jeux sont vraiment réussies. Le petit bonus ce sont les screamer méga fort. Certains trouvent que ça gache le jeu, perso je trouve que ça rajoute beaucoup à la tension des jeux de Puppet Combo. Il a fait pas mal de jeux méga cool mais je pose ici Nun Massacre car c’est le seul que je possède (pour l’instant). 

 

FreeSO 

FreeSO c’est les Sims 1 Online. Depuis tout petit je rêvais de jouer aux sims en ligne. Et c’est que pendant le confinement que j’ai découvert FreeSO ! 

C’est un jeu PC totalement gratuit et qui reprend l’esthetique des Sims 1. Sauf que tous les autres sims du jeu sont d’autres joueurs. Tu peux avoir ta propre maison, aller chez un ami, vivre avec d’autres personnes. Tu peux même travailler.

Enfin bref c’est un jeu de Sims. Et c’est trop cool.

 

Article Précédent

Danse Musique Rhône-Alpes prouve que votre cerveau a un coeur et des jambes

Prochain article

"les aliens et la musique": une série sur Le Gospel