Danse Musique Rhône-Alpes prouve que votre cerveau a un coeur et des jambes

Le monde de la musique club est suspendu depuis des mois à cette question: est-ce que ça vaut le coup de produire des morceaux pour danser sachant que la plupart des lieux de vie nocturne sont fermés?

Si on choisit de voir le verre à moitié plein (c’est souvent mon cas), on peut profiter de cette crise pour réfléchir à notre capacité à s’emparer d’un style de musique hors de son domaine de transformation commerciale, par exemple la techno ailleurs que dans un club ou une warehouse. Le Shit Forest de Loup Gangloff, moitié de Deux Boules Vanille, tombe à point nommé pour ça. Produit sous l’alias revendicatif (quoiqu’on se garderait bien de le prendre au premier degré) Danse Musique Rhône-Alpes, ce premier long format propose une musique électronique qui favorise la chaleur percussive au détriment du froid industriel qui a soufflé de manière un peu trop systématique sur les productions techno récentes.

Il se dégage en effet de ces morceaux sur le fil de la déconstruction et du lâcher prise binaire une impression de profonde humanité. Pas forcément besoin d’aller chercher loin la raison de tout cela quand on connait déjà un peu le travail de Loup avec Deux Boules Vanille, un projet qui questionnait déjà les tensions et jeux entre la machine, le bras de l’homme, le hasard et les séquences programmées. Pourtant, ici, il fait un pas de côté clair par rapport à toute une scène noise rock/ math rock française qui s’est jeté dans les synthés modulaires comme dans ses premiers disques de Lightning Bolt en cherchant une porte de sortie créative. Danse Musique Rhône-Alpes n’a pas besoin d’un cartel explicatif pour être apprécié et pourrait autant figurer à côté de Theo Parrish ou Omar S que de Cut Hands ou Peder Mannerfelt. Une musique mentale (voire cérébrale) certes mais extrêmement lisible et instinctive. Est-ce que ça vaut le coup de sortir ce type de « dance music » alors que les clubs et salles de concerts sont fermés? Evidemment. Et plutôt deux fois qu’une.

Shit Forest est sorti le 13 novembre chez Kythibong. 

Comme d’habitude, je lui ai demandé de m’envoyer quelques uns de ses coups de coeur récents.

MUSIQUE

Rencontre de deux énergies tenaces et sans concessions de la musique électronique. Avec Errorsmith, et Unit Moebius, Lazar et Fell dessinent perpétuellement les contours d’une musique précise et radicale dont on reconnait en général l’évident génie et la brûlante nécessité quand elle nous tombe toute cuite sous les oreilles. 

Han Bennink joue de la batterie sur des vrais, puis des faux goudas hollandais.

Artiste New yorkaise super-productive, Axine M fait n’importe quoi, et c’est souvent assez génial.

 

LIVRES

Jean-Yves Jouannais L’idiotie

Livre qui date d’une quinzaine d’année déjà, que je n’ai découvert qu’en 2009, période pendant laquelle je n’étais pas encore sûr d’être à la recherche de l’idiotie dans ma vie et ma pratique. 

Thomas Pynchon Vente à la criée du lot 49

Je me suis souvent imaginé être le détective amateur qui découvrirait, puis annoncerait au monde que Thomas Pynchon et Scott Walker sont (étaient) en réalité la même personne. 

Je suis également persuadé que le Saint graal existe, et que c’est une bouteille de vin blanc cachée quelque part dans le département de la Loire. Ou de l’Ardèche.

 

FILMS

Chansons du deuxième étage (Roy Anderson)

Ultra Pulpe (Bertrand Mandico)

Drowning by numbers (Peter Greenaway)

 

VINS BLANCS

Mairlant 2011

St joseph 

François Villard

 

Article Précédent

THE REPLACEMENTS: too drunk to fuck

Récent