Johanna Warren: grunge émotionnel pour nos coeurs d’artichaut

 

« Tiens plus personne ne crie dans le rock à guitares aujourd’hui ».

C’est un ami (et contributeur du Gospel) qui m’a dit ça et c’est vrai qu’à part les groupes qui s’adonnent à des esthétiques plus violentes où le chant mélodique n’a pas trop de place, on n’entend plus vraiment les petits blancs de la classe moyenne crier leur mal être sur fond de mélodies et de guitares saturées cette année.

Forcément nos petits coeurs nostalgiques de l’ère 1989-1995 ne pouvaient que se remettre à battre en entendant Twisted, petit tube un peu grunge sorti par l’américaine Johanna Warren en ultime teasing de son nouvel album Chaotic Good et qui navigue pas loin du rock des années Cobain.

J’ai personnellement assez peu d’explications sur le fait que cet album dans son ensemble fonctionne aussi bien et que je me laisse complètement hameçonné par l’alternance de guitares acoustiques, de pianos Capesidesque, de voix qui s’éraillent et de choeurs qui donnent envie de se jeter nu dans un lac glacé. C’est probablement assez mauvais signe pour ma capacité d’analyse de « critique », « journaliste » « blogger » ou même « ex fan des 90’s ». Mais si vous aimez pêle mêle les premiers albums de (on inspire) Death Cab, Hole, Kings of Convenience, Lemonheads ou Liz Phair, il y a de grandes chances que ça vous plaise. Et c’est finalement l’important. Le disque s’achète ici.

Article Précédent

03 Greedo & Kevin Abstract: des problèmes américains

Prochain article

Trainfantome a sorti un disque (presque) parfait d'indie rock américain français