MSS FRNCE: la fureur de vivre

crédit: Jack Torrance
NON !
NON !
ET NON !
Le punk en 2020-2021, ce n’est pas Ariel Pink à un rassemblement pro Trump ou Vincent Gallo et ses tshirts homophobes à 666$ ! L’esprit punk restera toujours incarné par des Don Quichotte mal rasés avec des noms de groupes inGooglables qui jouent une musique taillée pour les salles qui sentent la chaussette avec des sols en carrelage et où l’on boit des pintes de bière tiède. (Mais si, ces endroits magiques où on trouve toujours ce putain de mec du premier rang qui garde les bras croisés sans bouger  et à qui Bernie Sanders vient de mettre une petite leçon de violence sociale.)
MSS FRNCE est un groupe parisien qui oscille entre punk mélodique et hardcore (ce qu’on appelait rockin’ hardcore à une époque où The Bronx et JR Ewing étaient les meilleurs groupes du monde). Ils chantent en français des petits pitbulls sonores de moins de deux minutes, produits sans fioritures et qui respirent la sincérité et l’amitié.
Leur 5ème EP, sorti début décembre, convoque à la fois une certaine nostalgie des choses désormais interdites (notamment regarder un groupe de rock un lundi soir dans une salle qui sent la chaussette avec un sol en carrelage en buvant une pinte tiède) et une vraie urgence de tout péter dans les jours qui viennent. Et juste pour cette candeur teintée d’énergie punk sans aucun calcul ou subversion merdique, on ne peut que les remercier d’exister.

 

 

 

Comme d’habitude, je leur ai demandé de m’envoyer quelques uns de leurs coups de coeur récents.

 

MARTIN

– Livre :

J’ai dévoré le dernier Riad Sattouf en 2 jours mais franchement, ça ne sert à rien d’en faire la promo. Mettons donc le projo sur les talentueux potes Gueugneau et Bournel qui ont fabriqué le fabuleux Azur sorti chez Kiblind : un road trip dans les stations balnéaires françaises. Un bijou de texte qui se lit comme une autoroute de mots + une tuerie de dessins illustrant la belle et modeste vie d’un voyage secrètement rêvé.

PS : Simon Bournel a d’ailleurs réalisé le clip de Je tombe et nous a dessinés pour des affiches risographiées, en vente au stand merch de MSS FRNCE avant 2022 je le souhaite.

 

– Musique :

J’attends impatiemment le prochain Shame en écoutant l’album d’Exit 9 Straight up, une succession de tubes, de 1975.

 

– Film :

Une triste année (en terme de ciné) mais disons : Un pays qui se tient sage”de David Dufresne. Film tout aussi triste mais nécessaire, le pire moment que j’ai jamais vécu dans une salle je crois car, mais je ne l’apprends à personne, tout est vrai.

 JEREMIE

– Livre :

Je suis en train de dévorer l’histoire orale des Burning Heads, pavé de Nasty Samy et Guillaume Gwardeath. C’est un de mes groupes préférés. Avoir Pierre pour enregistrer notre quatrième EP a été un sacré honneur et une super expérience. Lire leur récit, c’est comme remonter le temps de trente ans d’engagement DIY, d’histoire de la scène française et mondiale, d’implication et de droiture morale. C’est superbe. Parallèlement à ça, j’ai aussi plongé dans l’adaptation BD de Vernon Subutex par Luz, supervisée par Despentes (contrairement à la série, qui est merdique). Ça ouvre d’autres perspectives par rapport au bouquin (dont le premier tome, que j’avais adoré), c’est très réussi.- Musique

On sort tout juste des tops de fin d’année, que j’adore faire. Pour 2020, j’y ai placé les disques de Phoebe Bridgers, Protomartyr, Mundy’s Bay, Intenable et Jeff Rosenstock sur les cinq premières marches. J’ai aussi adoré l’EP de C.H.E.W., hardcore en or de Chicago. J’ai tellement kiffé leur son que j’ai proposé qu’on passe par la même personne, Will Killingsworth, pour masteriser “V”, notre dernier EP. Pour ce qui est 2021, l’année commence très très fort avec le nouveau Viagra Boys.

 

 

– Série

On a tous beaucoup trop squatté devant nos écrans cette année, mais je suis content d’avoir mis ce temps à profit pour avoir enfin regardé Fleabag, la série douce-amère écrite par Phoebe Waller-Bridge. Choc émotionnel comme rarement un feuilleton m’avait procuré. Son histoire, ses personnages et sa charge me hantent encore.

THIBAULT

– Livre 

Pour être honnête et peu original, je suis en train de lire 1984 de Georges Orwell. Cela fait plus de trois ans que je l’ai reçu à Noël, je l’avais entamé mais pas continué. À cause de l’actualité, on en a beaucoup parlé et je dois vous dire qu’il est très prenant et on rentre vite dans l’univers.- Musique

Le rappeur HDBeenDope et sa chanson Rev Run m’ont particulièrement marqué. C’est un mélange de trap et de musique “chill” qui fonctionne très bien. Le flow de ce jeune rappeur est aussi très bon et maîtrisé.

Je suis aussi tombé sur un live du jeune bluesman Christone “Kingfish” Ingram et sa reprise Empty Promises. Accompagné de ses fabuleux musiciens, il nous fait voyager dans un univers soul/blues à coup de solos enivrants. Kingfish a un talent fou !

J’ai aussi redécouvert Sometimes it Snows in April de Prince. Cette chanson est un bijou de poésie, d’amour et de nostalgie.

Et bien évidemment MSS FRNCE. Sans prétention aucune, je ne sais pas combien de fois j’ai écouté notre nouvel EP V !

 

 

– Film 

Je dirais Tenet de Christopher Nolan. Loin d’être un de mes préférés, ce film m’a procuré d’incroyables sensations car c’était la première fois que je retournais dans les salles obscures depuis leur fermeture. Même si elles ont refermé depuis, cela m’a confirmé l’importance des salles de cinéma et du plaisir de se déplacer physiquement et de vivre une belle expérience auditive et visuelle. En série, The Crown a été un incroyable moment pour moi à travers les décors, la mise en scène et le jeu d’acteur. Cela doit être dû à mon côté anglais.

 

JÉRÔME

– Livre

Je suis plongé dans l’histoire orale des Burning Heads qui est vraiment captivante, un bouquin plein de fun, de passion et d’énergie ! On y retrouve énormément d’infos qui viennent corréler les magnifiques anecdotes racontées par Pierre, qui est un excellent narrateur soit dit en passant.

Et je reprends mon souffle (ou l’inverse peut-être, je ne sais plus) avec In Utero de Julien Blanc-Gras, écrivain-voyageur qui relate une certaine aventure de neuf mois en détail, avec un peu d’angoisse et beaucoup d’humour…

 

– Musique

Mes dernières écoutes se résument à :

Lonesome Valley de Mundy’s Bay, groupe de Montréal qu’on avait vu au Québec lors de notre dernière tournée là-bas, à une époque durant laquelle on pouvait voir des concerts.

– Masshysteri d’Umea en Suède, un chant en suédois plein d’émotion et de superbes mélodies,

– The Hellacopters dont je n’arrive pas à me lasser, une énergie incroyable comme dans tous les projets auxquels prend part Nicke Andersson je dirais,

– Ha ! et Rancid aussi parce que Thibault ne va plus me reconnaître si j’oublie de les citer… 🙂

 

– Série

J’ai découvert Un village français pendant les vacances de Noël, ça parle des heures sombres de la collaboration, ça joue bien, c’est romanesque et la psychologie de chaque personnage est bien travaillée, une très bonne série française,

Et j’ai adoré Dix pour cent de Fanny Herrero, parce qu’à un moment on y voit Jérémie, le batteur de MSS FRNCE !

 

 

 

Article Précédent

Les fondateurs du label Hands In The Dark parlent des disques qu'ils auraient rêvé de sortir

Prochain article

Circuit bending: la musique de l'invisible