Je me suis laissé emporter par La Houle

photo: Jean-Louis Carli

Du shoegaze chanté en français? Sur le papier, j’avais autant envie d’écouter ça que le nouvel album du Blue Man Group ou celui d’Hansel. (d’ailleurs c’est quoi le truc avec le bleu en 2021, les royalistes sont de retour?). Heureusement pour moi et ma passion pour la poésie des noms de groupes , j’avais ouvert en 2017 un mail envoyé par La Houle (duo alors) et présentant un premier essai touchant quoiqu’un peu fragile enregistré en Angleterre. Désormais recentré autour de Simon Sockeel, le projet s’est fendu d’un beau disque ambient cet été et revient en 2021 avec un premier single à tomber Toi (Ce Moi). Naviguant quelque part entre electronica et indie rock, ce morceau convie la science de la rêverie perdue en route par des expérimentateurs un peu trop gourmands (Panda Bear ou Health) et y adjoint une mélancolie inquiète terriblement accrocheuse. Si vous aussi vous écoutez Slowdive et Opal quand vous avez la gueule de bois, jetez vous sur ce morceau illustré par un clip en parfaite adéquation avec les humeurs contemporaines. Il y a un album qui arrive cet automne.

Comme d’habitude, j’ai demandé à La Houle de m’envoyer quelques uns de ses coups de coeur récents.

MUSIQUE

J’ai découvert le travail de Sebastien Radiguet via mon ami Boris de Veik, qui est aussi membre du très cool label normand Onto Record. Ils ont la particularité de sortir des albums d’artistes musicaux plutôt orientés expérimental/ambient/electronic, en collaboration avec un artiste plasticien, designer, graphiste, mais pas que… J’ai notamment eu le plaisir de collaborer avec cette chouette équipe sur la sortie de mon album Dehors au Dedans , paru en Juillet 2020. La musique de Sébastien me fait penser à un mélange de Ravel et de Nils Frahm. Ses balades au piano, traitées électriquement sont très inspirantes et magnifiquement apaisantes.

C’est le grand retour des copains breizhous de Bantam Lyons. Leur premier single est sorti en décembre 2020 et il nous a tous mis une sacrée claque. Branque, c’est un genre de ritournelle post-punk qui évolue et semble ne jamais vouloir s’arrêter. Je crois que j’ai dû la l’écouter 5 fois d’affilée la première fois, tellement elle m’a emporté. Leur prochain album est à paraître cette année chez Music From The Masses de Brest, l’un des meilleurs labels français, et avec qui j’ai la chance de pouvoir travailler sur la sortie de mon prochain disque.

C’est aussi le grand retour des amis normands de Veik. Leur album (pour l’avoir écouté avant vous) est une petite pépite mélangeant krautrock et post-punk mais aussi pop, noise et techno. Ils ont clairement un sens de l’esthétisme aussi bien dans leur musique que dans l’aspect visuel. Ça sort en avril chez Fuzz Club et leur première track est déjà dispo !

Je ne me lasserai jamais de parler des amis nordistes de Tapeworms. Ils sont d’une inventivité débordante.. Leur dernier disque Funtastic est un savant mélange de noise pop et de musique électronique, influencé par le pays du soleil levant. Il a été produit par Clément Fortin avec qui j’ai pu aussi travaillé sur ma prochaine sortie. Je vous propose d’écouter  Soba  après s’être réveillé en plein milieu de la nuit, en fumant une clope à votre fenêtre.

La session que je m’écoute presque tous les matins depuis un an maintenant. Elle a le goût de pain grillé au beurre et de thé vert. Son dernier album est aussi une pommade pour nos petits coeurs de confinés écorchés.

Mon duo favori depuis la BO de Mysterious Skin, mon album de chevet. Leur nouvel album  Another Flower , sorti l’année dernière a été une telle surprise… Tout comme la mort d’Harold peu de temps après… Quelle année de merde…

LIVRES

Eliane Radigue & Julia Eckhardt – Espaces Intermédiaires

C’est un livre biographique sous forme d’entretien de notre héroïne nationale de l’ARP 2500. Le livre est simplement magnifique et comprend des documents inédits. Eliane nous parle de son histoire de femme et de musicienne, de comment elle a su se détacher de ses mentors, à savoir Scheffer et Pierre-Henri (qui au passage ont signé pas mal de ses travaux quand elle était assistante au Studio d’essai…), pour enfin s’affirmer en tant que compositrice notamment grâce à la reconnaissance de pairs outre-atlantique (Laurie Spiegel, La Monte Young, Steve Reich, Philip Glass), son rapport presque parallèle entre la spiritualité et la musique qu’elle compose… C’est un livre qui m’a énormément parlé, notamment dans sa manière de parler d’instruments et de procédés électroniques très complexe avec beaucoup de poésie et de légèreté.

 

Sarah Michel – Echoes From The Depth (Classe Moyenne Editions)

J’ai découvert cette petite maison d’édition de livres d’Art l’été dernier et je suis tombé sous le charme du travail de Sarah Michel sur son dernier ouvrage Echoes from the depths  paru à l’automne dernier. A travers son travail documentaire, elle nous relate l’histoire du forage le plus profond de l’Histoire réalisé dans la péninsule de Kola en ex-URSS et de la légende de la découverte du plafond des enfers. Comme une enquête visuelle, elle nous présente les découvertes « à la fois géologiques et mythologiques » de cette expérience menée à la fin du 20ème siècle et comment la réalité est investie par la croyance, dans une certaine dualité. C’est une thématique qui m’a fait « écho » et le livre est d’une beauté remarquable.

 

Yëll – Hurle (Fanzine)

Yëll, c’est le pseudo de mon ami Kelly Delaunay qui a notamment co-réalisé le clip de  Toi (ce Moi) . Elle vient tout juste de sortir son premier fanzine « Hurle » disponible exclusivement en DM sur son compte Instagram. A travers son travail de collages, dessins et photographies, elle y aborde la complexité de l’existence sous tous ces aspects mais avec une vision brute et contemporaine.

 

 

 

Article Précédent

"Mon métier est en train de disparaître"

Prochain article

Humide, pathétique & cathodique : Koudlam, "I Will Fade Away"