IAMDDB emmène Scott-Heron dans les trap houses

Si le succès récent de Tirzah a pu nous rappeler quelque chose, c’est le talent des musicien.ne.s britanniques pour créer un alliage de sensualité et de mélancolie dans tout ce qui environne la club music.

IAMDDB est de cette trempe. On s’en voudrait énormément de la cantonner au revival r’n b de plus en plus synonyme de musique d’ascenseur en Tommy Jeans tant ses morceaux brassent beaucoup plus large que les fonds de tiroir d’Aaliyah.

Sur sa nouvelle tape Swervvvv.5, elle offre une de ses sorties les plus consistantes. Auto-proclamée chanteuse « trap jazz » (je sais ça fait peur), elle donne à entendre (selon moi) une relecture d’un héritage soul/spoken word renforcé par une production cloud rap enfumée assez parfaite. Il y a un long format qui ne devrait pas tarder à sortir apparemment.

Article Précédent

Tiens du piano jazz qui ne drague ni les darons ni les fans de Nils Frahm

Prochain article

En 1995, les Red Hot Chili Peppers flinguent leur carrière en se roulant des pelles