Fermez les volets et roulez vous un gros Stoner Bud’s

Des fois, j’en ai marre des chroniques de disques mainstream qui citent Baudrillard.

Des fois, j’en ai marre des rééditions obscures de trucs obscurs, de la mythologie de la lose passée vendue comme une antiquité du XXème siècle, des groupes post post punk qui font la gueule, du « rock’n roll littéraire », des BO de films imaginaires, des sessions Colors et de ces putain de Daft Punk.

Des fois, j’ai l’impression que je n’ai pas de partenaire et que ma seule amie est la ville dans laquelle je vis. 

C’est dans un de ces moments là que je suis heureux d’écouter un disque comme celui des trois cartoons de Stoner Bud’s. La photo ci dessous ne ment pas sur la marchandise. Le trio bordelais joue une sorte de grunge mélodique branleur simple et efficace. En dehors de toute intellectualisation ou cosplay revivaliste, ce disque sonne comme s’il avait été composé au retour d’une classe verte à Goner City à l’image du simplissime Like You . Et oui, tous les morceaux sont comme ça et ça ressemble souvent à Jay Reatard qui se baladerait défoncé dans un épisode de Rick et Morty. Que celui ou celle qui ne sourit pas à l’écoute de cet EP me jette la première cannette de Monster Energy.

 

Article Précédent

Playlist "Pour mon psychanalyste" par Melville Bouchard

Prochain article

Sun City Girls: Do East Yourself