100 Gecs se situent quelque part entre Vengaboys et Massacre à la tronçonneuse

Intituler son album 1000 Gecs quand son groupe s’appelle 100 Gecs est probablement aussi intelligent que de donner comme titre 22 Jump Street à la suite de 21 Jump Street. N’empêche. L’humour potache étant une valeur assez rare dans la musique électronique expérimentale, on va plutôt saluer l’initiative. N’oublions pas que quelque part, James Ferraro doit être en train de faire un album concept sur Windows 98 ou les cyber dauphins.

100 Gecs est un duo de L.A. (évidemment) dont les membres ont collaboré avec Charli XCX (évidemment). Mais il ne faudrait pas les classer trop vite dans la catégorie club music Post Internet arty chiante. 1000 Gecs sonne comme une vraie lettre d’amour à l’eurodance adolescente jouée par des fans de Gwar et GG Allin la bave aux lèvres. Malgré leurs tronches de rednecks tueurs, les deux musiciens remportent la mise grâce à des productions inventives et assez addictives pour peu qu’on ne soit pas  trop fâché avec les sonorités breakcore quand même.