Fontanarosa n’est pas un gardien du temple garage rock et c’est très bien comme ça

/

Dans la plupart des interviews de musicien.ne.s né.e.s entre les années 80 et 90, sont évoquées les chansons que passaient les pater.mater.nel.es dans la voiture familiale sur la route des vacances. Il y a de fortes chances que (si on est encore là), quelqu’un cite la nouvelle tape du français Fontanarosa comme la bande son d’une escapade vers une plage ensoleillée ou une rivière délicieusement glacée dans une grosse dizaine d’années.

Sur ce 6 titres édités par SK Records et Howlin Banana, on retrouve un rock indie enregistré à la maison avec une grosse influence garage (Jay Reatard n’est jamais loin) et des mélodies pop assez imparables (on imagine l’album blanc sur l’autoradio des parents justement), qui ne cherche jamais à suivre un quelconque mode d’emploi. Cette fraîcheur portée par un grain de voix particulièrement crédible (on admirera les progrès en anglais de la scène française en quelques décennies) est une des grandes qualités de cet EP sans prétention, à ranger quelque part entre Holy Wave et Vinyl Williams, dans les projets actuels psyché cools qu’on ne voit pas venir mais qui reste bloqués dans nos playlists (et nos synapses).

PLAYLIST FONTANAROSA:

 

Bouquins que j’ai bien aimé ces derniers temps

 » La vie de fourmis  » Maurice Maeterlinck

 » Philosophie du jeu video  » Mathieu Triclot

 » Chez soi  » Mona Cholet

 » Punk rock et mobile homes  » Derf Backderf

 » Femme rebelle  » Peter Bagge

 » Les mots  » Jean-Paul Sartre

 » Moby Dick  » Herman Melville

 » L’enfant et l’oiseau  » Durian Sukegawa

 

 Un film vu récemment et trop bien :

  » Out of Africa  » Sydney Pollack

Article Précédent

Grace Jones n'a besoin de personne pour ouvrir ses huîtres

Prochain article

Fun Fun Funeral : c'est la mort à la plage

Récent